Gestion des risques en forêts et aléas climatiques 

Vigilance incendies

Dans le cadre défini par le règlement interdépartemental de protection de la forêt contre l’incendie du 20 avril 2016, certaines préfectures ont décidé d’élever leur vigilance « risque feux de forêt ».

Ceci implique notamment des restrictions voire suspensions sur les activités d’exploitation forestière, de travaux sylvicoles, de génie civil, de service, de carbonisation et de sciage.

Pour en savoir plus, consultez les pages des Préfectures concernées, le site pour la Défense des Forêts Contre l’Incendie DFCI et le message information de la DRAAF Nouvelle-Aquitaine (Pôle Santé des Forêts) sur les risques sanitaires après incendies. (liens mis à jour le 10/08/22)

L’activité partielle pour les entreprises impactées par les incendies
Les entreprises impactées par les conséquences des incendies peuvent recourir à l’activité partielle en cas d’incendie au sein des locaux ou en cas d’arrêt ou de baisse d’activité en raison des mesures d’interdiction temporaire d’activité ou d’accès. 
Pour ces deux motifs, les entreprises disposent d’un délai de 30 jours à compter du placement des salariés en activité partielle pour adresser leur demande d’autorisation par voie dématérialisée sur le site https://activitepartielle.emploi.gouv.fr.

Tempête de Grêle du 20/21 juin 2022

L’évènement climatique d’ampleur qui a sévi sur l’ouest du département de la Dordogne dans la nuit du 20 au 21 juin, a causé des dégâts d’importance à l’ensemble de la zone concernée. Les dégâts occasionnés aux maisons et aux biens des personnes sont considérables et leur traitement demeure une priorité.

Pour ce qui concerne la forêt, aucun peuplement, qu’il soit feuillu ou résineux, jeune ou adulte ne sort indemne de cet évènement climatique exceptionnel. C’est l’ensemble du milieu forestier qui est sinistré (faunes et flores). Même si l’heure est encore à l’estimation des dégâts, et à l’appréciation de leurs ampleurs géographiques, certains sont facilement appréciables du fait de la violence du phénomènes (défoliation partielle voire totale des arbres, arbres volis, écorce arrachée avec des arbres à vif qui seront très rapidement en proie aux attaques d’insectes). D’autres conséquences ne seront vraisemblablement connues et mesurées que lors des prochains épisodes de végétation et de croissance.

L’urgence actuellement est d’appréhender au mieux les dégâts et traiter au plus vite les parcelles sinistrées. En l’état actuel les premiers opérateurs sur zone affichent une volonté forte de traiter ces bois sinistrés (dont il serait intéressant de suivre les volumes traités). Nous espérons que cette dynamique de récolte de bois sur la région permettra d’absorber sans trop de difficulté les bois sinistrés (l’estimation des volumes reste encore à effectuer).

Nos partenaires

Retrouvez tous nos partenaires